Dynamique citoyenne infos trimestrielle

L’année 2012 s’est terminée en beauté avec les mobilisations des 9 et 10 décembre 2012 respectivement journées internationales de lutte contre la corruption et des droits de l’homme dans les 10 régions du Cameroun.
A travers les marches et les rallyes motori-sés, c’est par plusieurs centaines que les membres de Dynamique Citoyenne se sont mobilisés, d’abord pour demander au chef de l’Etat de déclarer ses biens conformémen à l’article 66 de la Constitution, et dans un second temps pour exiger l’effectivité du droit de manifestation.
S’agissant du droit de manifestation, Dynamique Citoyenne a basé son plaidoyer sur le procès gagné par la Centrale Syndicale du Secteur Public (CSP) qui accusait 7 membres de cette dernière de « délitde réunion et manifestation illégale », suite à une mobilisation organisée à Yaoundé devant les services du Premier Ministre le 1 novembre 2010. Ce procès, et surtout son verdict ont définitivement démontré qu’en dépit des exactions et obstructions des sous-préfets et préfets qui créent sciemment l’amalgame entre « déclaration » et « autorisation», les autorités administratives n’ont pas qualité pour autoriser ou interdire les mani festations publiques. En effet, la loi camerounaise n°90-55 du 19 décembre 1990 portant régime des réunion et des manifestations publiques, dans son article 6 alinéa 1er autorise clairement les manifestations publiques (lire page 6). Il est par conséquent du devoir de chaque

Camerounais de sortir de l’autocensure et

de se mobiliser pour défendre ce droit. C’est
donc tout naturellement que Dynamique
Citoyenne a décidé de placer l’année 2013
sous le signe de la liberté de manifestation.
Le principal défi à relever par les
Camerounais aujourd’hui pour la revendi-
cation et la défense de leurs droits et intérêts
est la conquête du droit de manifester. Tout
au long de cette année, l’action du réseau
sera donc essentiellement orientée vers ce
but. Condition sine qua non pour la libéra-
tion du peuple camerounais.
Rendez-vous le 22 mars 2013, journée mon-
diale de l’eau pour manifester le ras-le-bol
des Camerounais contre la mauvaise gestion
du service public de l’eau et les limites des
politiques publiques en la matière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *